Défiscalisation des heures supplémentaires : ne pas oublier la limite de 5.358 €/an

PAIE 35 HEURES
Fiche pratique

Depuis le 1er janvier 2019, les heures supplémentaires (et complémentaires) bénéficient d’une exonération au titre de l’impôt sur le revenu. Toutefois cette défiscalisation est limitée à 5.358 €/an (valeur brute) et par salarié.

Accès à votre contenu
même hors ligne

Télécharger maintenant

Présentation du contexte

  • Soit un salarié exerçant son activité selon un rythme de 39h/semaine ;
  • Sa rémunération de base est de 3.500 € ;
  • La valeur mensuelle des heures supplémentaires est de 500€ ;
  • Le taux de réduction de cotisations salariales de 11,31% est supposé en vigueur dans l’entreprise.

Tableau de surveillance

Conséquences

Conséquence 1 

À la fin octobre 2019, le total des heures supplémentaires, valeur brute, exonérées d’impôt sur le revenu est de 5.000 €.

En conséquence, en novembre 2019, sur les 500 € d’heures supplémentaires :

  • 358 € ouvrent droit à une exonération fiscale
  • 142 € sont soumises à l’impôt sur le revenu, elles viennent augmenter le net imposable et sont soumises au prélèvement à la source. 

Conséquence 2 

Jusqu’à la fin octobre 2019, les heures supplémentaires bénéficient d’une exonération au titre de l’impôt sur le revenu.

En conséquence, les contributions CSG/CRDS sont calculées au taux unique de 9,70% et sont totalement non déductibles.

A partir du mois de novembre 2019, les heures supplémentaires ne bénéficiant plus de la défiscalisation seront prise en considération dans la base des sommes ayant qualité de revenu.

La base « particulière » CSG/CRDS totalement non déductibles ne sera donc plus utilisée en novembre et décembre 2019, et les heures supplémentaires abattues donneront lieu à détermination d’une CSG déductible au taux de droit commun.