Comment bien calculer la fin de délai de rétractation en cas de rupture conventionnelle en 2022 ?

Edition abonnés Edition abonnés Paie Rupture conventionnelle Fiche pratique
Dans le cadre d’une rupture conventionnelle, chaque partie dispose d’un délai de rétractation durant lequel la procédure peut être stoppée. Mais savez-vous calculer sans souci ce délai et en connaissez-vous les subtilités ?
Sommaire
  1. Le délai de rétractation 
  2. Fin délai de rétraction 
  3. Exemples concrets
Accès à votre contenu
même hors ligne
Télécharger en PDF

Le délai de rétractation

Le délai court à compter de la date de signature de la convention, plus précisément, il démarre au lendemain de cette date et prend fin 15 jours plus tard, à 24 heures.

Circulaire DGT n° 2008-11 du 22 juillet 2008

Article L1237-13

Créé par LOI n°2008-596 du 25 juin 2008 - art. 5

La convention de rupture définit les conditions de celle-ci, notamment le montant de l'indemnité spécifique de rupture conventionnelle qui ne peut pas être inférieur à celui de l'indemnité prévue à l'article L. 1234-9.

Elle fixe la date de rupture du contrat de travail, qui ne peut intervenir avant le lendemain du jour de l'homologation.

A compter de la date de sa signature par les deux parties, chacune d'entre elles dispose d'un délai de quinze jours calendaires pour exercer son droit de rétractation. Ce droit est exercé sous la forme d'une lettre adressée par tout moyen attestant de sa date de réception par l'autre partie.

Cette fiche pratique est réservée aux abonnés Légisocial. Il vous reste 67% à lire.

Accédez immédiatement
à l'intégralité de cette fiche

Accès immédiat
aux contenus

Accès en ligne
et hors ligne

finger snap

Résiliable
en 1 clic

Je m’abonne pour lire la suite