Les nouvelles règles de dépistage des salariés cas contact au 28 février

Edition abonnés Edition abonnés RH - Hygiène et sécurité Coronavirus Actualité
Le dispositif de dépistage des salariés cas contact est assoupli à compter du 28 février.
Sommaire
  1. Les salariés cas contact
  2. Le dispositif de dépistage des salariés cas contact
Accès à votre contenu
même hors ligne
Télécharger en PDF

Les salariés cas contact

Un salarié est considéré comme cas contact s’il a eu un contact à risque avec une personne contaminée par le Covid-19 sans mesure de protection efficace c’est-à-dire :

  • une séparation physique isolant la personne-contact de la personne malade en créant deux espaces sans communication ;
  • le port d’un masque (masque chirurgical ou FFP2, ou masque en tissu « grand public filtration supérieure à 90 % »), porté par la personne malade et la personne-contact.

Un salarié est considéré comme cas contact au travail s’il a :

  • eu un contact direct avec la personne positive au Covid-19, en face-à-face, à moins de 2 mètres, quelle que soit la durée (exemple : conversation, repas, contact physique) ;
  • partagé un espace intérieur (bureau ou salle de réunion, véhicule personnel, salle de restaurant, etc.) pendant au moins 15 minutes consécutives ou cumulées sur 24 h avec la personne positive ou étant resté en face-à-face avec elle durant plusieurs épisodes de toux ou d’éternuement.

Cette actualité est réservée aux abonnés Légisocial. Il vous reste 62% à lire.

Accédez immédiatement
à l'intégralité de cette actualité

Accès immédiat
aux contenus

Accès en ligne
et hors ligne

finger snap

Résiliable
en 1 clic

Je m’abonne pour lire la suite