Alcool au volant : articulation entre les mesures administratives et les peines de suspension du permis de conduire

Edition abonnés Edition abonnés Divers juridique Actualité
Le ministère de la justice précise l’articulation entre les mesures administratives et les peines de suspension du permis de conduire aux seuls véhicules équipés d'un EAD prononcées en cas de délit de conduite sous l’influence de l’alcool.
Sommaire
  1. Question
  2. Réponse ministérielle
  3. Référence
Accès à votre contenu
même hors ligne
Télécharger en PDF

Question

« M. Pierre Morel?À?L'Huissier attire l'attention de M. le garde des sceaux, ministre de la justice, sur la possibilité pour le préfet, depuis le 1er janvier 2019, après le contrôle d'un conducteur présentant une alcoolémie supérieure à 0,8g/l de sang et inférieure à 1,8g/l de sang, de l'obliger à ne conduire que des véhicules équipés d'un éthylotest anti?démarrage (EAD médico administratif) et ce pour une durée pouvant aller jusqu'à 1 an.

L'article 224?9 du code de la route pose le principe que quelle que soit sa durée, la suspension du permis de conduire ou l'interdiction de sa délivrance ordonnée par le préfet cesse d'avoir effet lorsqu’est exécutoire une décision judiciaire prononçant une mesure restrictive du droit de conduire.

Cette actualité est réservée aux abonnés Légisocial. Il vous reste 78% à lire.

Accédez immédiatement
à l'intégralité de cette actualité

Accès immédiat
aux contenus

Accès en ligne
et hors ligne

finger snap

Résiliable
en 1 clic

Je m’abonne pour lire la suite