Accès à votre contenu
même hors ligne
Télécharger en PDF

Cet article a été publié il y a 11 ans, il est donc possible qu'il ne soit plus à jour.

Cela ne vous pas échappé, hasard du calendrier, le 1er mai et le 8 mai 2011 tombent cette année un dimanche.

Certaines personnes risquent de vous demander si ces jours fériés sont récupérables ou donnent lieu à une rémunération à titre de compensation.

Il faut savoir que de nombreux cas peuvent se présenter.

Le salarié ne travaille habituellement pas le dimanche :

Légalement, le code du travail ne prévoit alors aucune compensation sous forme de jour de congé supplémentaire ou sous une forme financière.

La Cour de cassation s’est d’ailleurs déjà prononcée à ce sujet (jugement du 5/12/1973 pourvoi 72-40299)

Bien entendu, il est possible que des dispositions conventionnelles, accord collectif ou usage d’entreprise prévoient un régime plus favorable que le régime légal.

Le salarié travaille habituellement  le dimanche :

Nous sommes donc dans un cas particulier, (exception au principe du repos dominical).

a) Le salarié travaille le 1er mai 2011

Le salarié doit percevoir un salaire majoré de 100% (article L 3133-6 code du travail)

Si la convention collective prévoit une compensation sous forme de repos pour travail du 1er mai, elle s’ajoute à la majoration de 100% prévue par le Code du travail (Cour de cassation 8/10/1996  pourvoi : 92-44037)

Si la convention collective prévoit une majoration pour travail le dimanche et travail pendant un jour férié, les deux indemnités ne se cumulent pas, sauf si la convention collective prévoit un cumul possible (Cour de cassation 27/03/1996 pourvoi 92-40705)

b) Le salarié travaille le 8 mai 2011

Le code du travail ne prévoit aucune majoration pour le travail pendant un jour férié ordinaire (c'est-à-dire tous les jours fériés à l’exception du 1er mai).

C’est la convention collective, un accord collectif ou des usages qui peuvent prévoir mieux que les conditions légales.

c) Le salarié ne  travaille pas  le 1er mai 2011

Il doit percevoir son salaire habituel (article L 3133-5 du code du travail), le 1er mai étant légalement le seul jour férié obligatoirement chômé.

d) Le salarié ne  travaille pas  le 8 mai 2011

Le 8 mai n’est pas légalement un jour férié obligatoirement chômé, c’est la convention collective, accord collectif ou des usages qui peuvent prévoir que ce jour est chômé. Dans ce cas, le fait que le salarié ne travaille pas le 8 mai ne doit entraîner aucune perte de salaire.

Accès à votre contenu même hors ligne

Recevez ce contenu par email

ou
ou

Réagir à cet article

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Aucune note, soyez le premier à noter cet article

Votre note :

Commentaires

Aucun commentaire, soyez le premier à commenter cet article

Votre commentaire sera publié après connexion.

Une question sur cet article ?

Posez votre votre question sur le forum

Les questions liées sur le forum