« Objectif Reprise » : un dispositif gouvernemental pour la reprise d’activité dans les TPE – PME

RH RISQUES PROFESSIONNELS
Actualité

Le Ministère du Travail a lancé « Objectif reprise », un dispositif destiné à sécuriser la reprise (ou la poursuite) d’activité des TPE-PME post-confinement en agissant sur l’organisation du travail, la prévention des risques et les relations sociales.

Accès à votre contenu
même hors ligne

Télécharger maintenant

Les difficultés que rencontrent de nombreuses TPE-PME à adapter leur organisation du travail à la reprise progressive des commandes, à structurer les mesures de prévention, à réguler les tensions internes post-confinement, ou encore à soutenir le travail de management sont de nature à fragiliser leur reprise ou poursuite d’activité.

Pour les aider à passer ce cap, le ministère du Travail a confié au réseau ANACT-ARACT et aux DIRECCTE, un dispositif d’appui gratuit destiné aux entreprises de moins de 250 salariés.

 « Objectif reprise » propose 3 modalités d’appui :

Sensibilisation des entreprises (questionnaire/diagnostic)

Au moyen d’un questionnaire anonyme en ligne, les TPE-PME peuvent identifier leurs points forts et axes de progrès en matière d’organisation, de prévention, et de relations sociales.

Le ministère du Travail a mis en place 2 questionnaires distincts selon la taille de l’entreprise : questionnaire pour les TPE jusqu’à 11 salariés et questionnaire pour les PME de 11 à 249 salariés.

L’entreprise, après avoir répondu à une série de questions permettant de déterminer sa situation, va ensuite bénéficier en quelques minutes d’un « diagnostic » indiquant :

  • Les domaines dans lesquels un accompagnement est nécessaire ou non (pour les TPE : dialogue professionnel, gestion du personnel, organisation du travail, prévention, mieux travailler demain ; pour les PME : management, ressources humaines, organisation du travail, dialogue social, prévention, mieux travailler demain) ;
  • Des recommandations par domaine expliquant pourquoi agir et ensuite comment agir de manière très concertée ;
  • Les ressources et les contacts utiles (ministère du Travail, chambres des métiers, Direccte, etc.).

Par exemple, pour une entreprise de 30 salariés dans le secteur de l’information et de la communication implantée en Ile-de-France et dont l’activité avait été fortement diminuée qui a un faible score en matière de prévention, il sera conseillé :

  • De recueillir la parole des salariés sur l'organisation et les conditions de travail pour comprendre les éventuelles difficultés à respecter les mesures de prévention, d’éviter de stigmatiser les comportements individuels ;
  • De s’assurer que les salariés s’approprient les informations concernant les nouveaux gestes professionnels adaptés et l’utilisation des équipements de protection (actions de sensibilisation, et de formation, si besoin avec l’appui du Service de Santé au Travail) ;
  • De piloter la prévention en communiquant sur les actions décidées et réalisées ainsi que sur les rôles de chacun, d’actualiser le DUERP.

 

Conseil aux entreprises

Les entreprises qui souhaitent aller plus loin peuvent avoir accès à des modalités d’échanges et de conseils :

  • Orientation vers des solutions existantes ;
  • Echanges de pratiques en ligne ;
  • Contact avec un expert des conditions de travail pour les entreprises de plus de 11 salariés.

Accompagnement des entreprises

Identifiées selon des critères de priorité en région, des entreprises, ayant plus particulièrement besoin d’être soutenues, se verront conseiller un accompagnement adapté associant le personnel.

Pour Muriel Pénicaud, Ministre du Travail : « Le dispositif « Objectif reprise » doit permettre d’aider les TPE et PME, qui représentent près de 7 millions de salariés, et dont les services RH sont souvent modestes, à surmonter les difficultés provoquées par le risque épidémique. Il s’agit de mieux prendre en compte les enjeux liés aux conditions de travail et aux politiques de prévention-santé, afin de conforter la confiance des salariés et leur engagement dans la reprise. C’est indispensable pour relancer ou créer une dynamique collective interne. »

Pour Richard Abadie, directeur général de l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail :
« La qualité de la reprise d’activité se joue sur la capacité des entreprises à traiter des sujets tels que l’adaptation de l’organisation, les RH, la prévention, en s’appuyant sur le dialogue social. C’est l’ambition du dispositif que d’aider des entreprises de moins de 250 salariés à aborder simultanément et efficacement ces questions. »

Objectif reprise est déployé par le réseau ANACT-ARACT et les DIRECCTE. Il est financé par le Fonds Social Européen.

Référence

Communiqué du Ministère du Travail du 20 mai 2020.

Reprenez votre activité en évitant les sanctions, vérifiez que vous avez mis en place l'ensemble des mesures de protection impératives :