Evaluation des avantages en nature logement : le régime fiscal en 2020

PAIE AVANTAGES EN NATURE
Actualité

Nous poursuivons notre analyse de la récente publication au BOFIP, du 6/03/2020, concernant le régime fiscal des avantages en nature en 2020. Nous abordons aujourd’hui le traitement de l’avantage en nature logement.

Accès à votre contenu
même hors ligne

Télécharger maintenant

 2 méthodes de chiffrage

  1. L’avantage de logement est évalué forfaitairement ou, sur option de l'employeur, d'après la valeur locative cadastrale augmentée des avantages accessoires retenus pour leur valeur réelle ;
  2. L'option pour l'évaluation forfaitaire ou selon la valeur locative cadastrale peut être exercée pour l'ensemble des salariés ou salarié par salarié.

Évaluation forfaitaire

L’évaluation forfaitaire de l’avantage de logement se présente sous la forme d'un barème mensuel dont les tarifs, modulés en fonction de la rémunération brute mensuelle des bénéficiaires (huit tranches de revenus déterminées par référence au montant mensuel du plafond de la sécurité sociale) et du nombre de pièces principales du logement concerné, sont indexés sur l’évolution des prix hors tabac. 

Le forfait comprend également, et de manière limitative, les avantages accessoires suivants :

  • Eau ;
  • Gaz ;
  • Électricité ;
  • Chauffage et garage. 

L’évaluation de l’avantage de logement s’effectue au mois le mois, son montant annuel résultant de la totalisation des évaluations mensuelles ainsi effectuées.

Barème 2020 

Le barème d'évaluation forfaitaire de l'avantage en nature « logement » applicable en 2020 est le suivant (au passage identique au barème confirmé auparavant par les services de l’URSSAF) : 

Rémunération brute mensuelle en espèces (R) selon montant mensuel du plafond de la Sécurité Sociale (P) et du nombre de pièces du logement

Montant mensuel de l'avantage logement (en €) en 2020

R < 0,5P

 

- logement d'une pièce principale

70,80

- autres logements (par pièce principale)

37,90

0,5P < ou = < 0,6P

 

- logement d'une pièce principale

82,70

- autres logements (par pièce principale)

53,10

0,6P < ou = R < 0,7P

 

- logement d'une pièce principale

94,30

- autres logements (par pièce principale)

70,80

0,7P < ou = R < 0,9P

 

- logement d'une pièce principale

106,10

- autres logements (par pièce principale)

88,40

0,9P < ou = R < 1,1P

 

- logement d'une pièce principale

129,90

- autres logements (par pièce principale)

112,00

1,1P < ou = R < 1,3P

 

- logement d'une pièce principale

153,40

- autres logements (par pièce principale)

135,40

1,3P < ou = R < 1,5P

 

- logement d'une pièce principale

177,00

- autres logements (par pièce principale)

165,00

R > ou = 1,5P

 

- logement d'une pièce principale

200,50

- autres logements (par pièce principale)

188,70

Évaluation selon la valeur locative cadastrale

L’employeur peut opter pour l'évaluation de l'avantage de logement d'après la valeur locative cadastrale servant de base à la taxe d'habitation augmentée des avantages accessoires.

À défaut de valeur locative cadastrale, l'estimation de l'avantage est effectuée d’après la valeur locative réelle du logement, c’est-à-dire du montant des loyers pratiqués dans la commune pour un logement similaire ou si l'administration est locataire du bien concédé, au montant du loyer acquitté par celle-ci sous réserve de la production de justificatifs tels que contrat de bail ou quittance de loyer. 

Les avantages accessoires pris en charge par l'employeur (eau, gaz, électricité, chauffage, etc.) sont ajoutés pour leur montant réel.

Autres types de charges

Enfin, et quelle que soit l’option retenue par l’employeur (forfait, valeur locative cadastrale ou, par exception, valeur locative réelle), les autres types de charges susceptibles d’être acquittées par celui-ci et dont le paiement incombe normalement à l’occupant (par exemple, taxe d’habitation ou prime d’assurance) constituent dans tous les cas des avantages en espèces soumis à l’impôt sur le revenu.

BOI-RSA-BASE-20-20-20200306 Date de publication : 06/03/2020

Cas particuliers

Logements occupés par nécessité absolue de service (gratuité du logement et, le cas échéant des avantages accessoires)

  1. Pour les salariés ne pouvant accomplir leur activité sans être logés dans les locaux où ils exercent leurs fonctions (fonctionnaires logés par nécessité absolue de service, personnel de sécurité et de gardiennage, etc.), la valeur de l’avantage de logement imposable est retenue après un abattement pour sujétions de 30 % sur la valeur locative cadastrale ou sur la valeur forfaitaire de l'avantage logement.
  2. Les dépenses engagées par l'employeur pour le compte du salarié ou de l'agent au titre des avantages accessoires sont retenues pour leur valeur réelle et sans abattement lorsque l'avantage logement est évalué d'après la valeur locative cadastrale (ou, par défaut, la valeur locative réelle).
  3. Il en est de même en cas d'évaluation de l'avantage logement d'après le forfait social pour les avantages accessoires autres que ceux compris dans le forfait, c'est-à-dire autres que l'eau, le gaz, l'électricité, le chauffage et le garage.

 

BOI-RSA-BASE-20-20-20200306 Date de publication : 06/03/2020

Logement donnant lieu au versement d'une redevance ou d'un loyer notamment au titre d'une convention d'occupation précaire avec astreinte 

  • La fourniture du logement n’est pas considérée comme un avantage en nature lorsque le salarié ou l'agent verse à son employeur une redevance ou un loyer dont le montant est supérieur ou égal, selon l’option exercée par l’employeur, au montant forfaitaire ou à la valeur locative cadastrale (ou, à défaut, à la valeur locative réelle);
  • Lorsque la redevance ou le loyer est inférieur au forfait ou à la valeur locative cadastrale (ou, à défaut, à la valeur locative réelle), la différence constitue un avantage en nature imposable, toutefois, par mesure de simplification, cet avantage est négligé lorsque son montant est inférieur à l’évaluation résultant de la première tranche du barème forfaitaire pour une pièce.
  • Les avantages accessoires (eau, gaz, électricité, chauffage) sont, dans tous les cas, à la charge des agents.

BOI-RSA-BASE-20-20-20200306 Date de publication : 06/03/2020

Usage mixte 

  • Si un logement est en partie à usage professionnel et à usage privé, l’employeur exclut du calcul de l’avantage la partie à usage professionnel, à condition que le contrat de mise à disposition indique le nombre de pièces réservées pour l’usage professionnel et pour l’usage privé, quel que soit le mode d’évaluation ;
  • Si l’employeur opte pour l’évaluation selon la valeur locative cadastrale ou la valeur réelle, l’avantage doit être retenu dans la proportion de la superficie occupée à usage privé par rapport à la superficie totale. Il en est de même pour les avantages accessoires.
  • S’il choisit le forfait, l’avantage est évalué en fonction du nombre de pièces réservées à un usage privé. 

BOI-RSA-BASE-20-20-20200306 Date de publication : 06/03/2020

Dirigeants 

Par principe l'évaluation de l'avantage en nature de logement s'effectue pour son montant réel. 

Toutefois, les dirigeants mentionnés aux 1°, 2° et 3° du b de l'article 80 ter du CGI et aux 11°, 12° et 23° de l'article L. 311-3 du CSS qui justifient de la régularité du cumul d'un contrat de travail et d'un mandat social peuvent bénéficier de l'évaluation forfaitaire de l'avantage en nature logement au titre de leur rémunération résultant du contrat de travail. 

Il est précisé que la Cour de cassation soumet la validité du cumul d'un mandat social et d'un contrat de travail à des conditions très strictes.

En particulier, et sous réserve d'une fraude à la loi, le cumul n'est autorisé que si le contrat de travail correspond à un emploi effectif, caractérisé par l'exercice, dans un lien de subordination à l'égard de la société, de fonctions techniques distinctes de celles exercées dans le cadre du mandat social et donnant lieu à rémunération séparée. 

Il est précisé que pour l'évaluation de l'avantage en nature logement imposable à l'impôt sur le revenu, c'est l'ensemble de la rémunération, servie tant au titre du contrat de travail que du mandat social, qu'il convient de retenir pour l'application du forfait social dès lors en effet que la concession de logement se rapporte indistinctement à l'ensemble des fonctions, dirigeantes et salariées, des bénéficiaires. 

BOI-RSA-BASE-20-20-20200306 Date de publication : 06/03/2020