Les « clicwalkers » ne sont pas des salariés selon la Cour de cassation

Edition abonnés Edition abonnés Paie Contrat de travail
Actualité

A l’occasion d’un récent arrêt, la Cour de cassation vient d’aborder une catégorie particulière de personnes : les « clicwalkers », considérant qu’ils ne pouvaient ouvrir droit à la reconnaissance de salariés…

Accès à votre contenu
même hors ligne

Télécharger maintenant

Définition des clicwalkers

Avant d’aborder l’affaire traitée par la Cour de cassation, il convient de donner une définition des « clicwalkers ». 

Dans l’affaire qui nous préoccupe aujourd’hui, et en reprenant les informations contenues dans l’arrêt de la Cour de cassation, il s’agissait :

  • D’une société qui avait pour activité de collecter puis de traiter, pour le compte de marques ou d'enseignes, des données commerciales dites de « terrain » ;
  • Ces données étaient recueillies par des particuliers appelés « clicwalkers » qui, à partir d'une application gratuite téléchargée sur leur téléphone, effectuaient pour le compte de cette société des missions ;
  • Ces missions constituaient à fournir des informations sur leurs habitudes de consommation, à émettre un avis ou prendre des photographies sur les supports de communication des clients ou enfin à vérifier dans les magasins la présence, le prix et la visibilité des produits, les supports commerciaux ou la qualité des prestations de service des entreprises clientes de la société.
Edition abonnés Edition abonnés
Accédez à l'intégralité de cette actualité
sur les abonnements
PREMIUM et ILLIMITÉ