Coronavirus : interdiction de rompre la période d’essai pendant le confinement

Edition abonnés Edition abonnés RH Période d’essai
Actualité

Compte tenu de la situation économique actuelle liée à l’épidémie, les ruptures de période d’essai se multiplient. Attention, ce procédé est totalement illégal !

Cet article a été publié il y a 2 ans, il est donc possible qu'il ne soit plus à jour.

Accès à votre contenu
même hors ligne

Télécharger maintenant

​Motif légitime de rupture de période d’essai

L’employeur n’est pas tenu de préciser les raisons qui le conduisent à mettre fin à la période d'essai. Il peut, dès lors, rompre la période d’essai sans invoquer aucun motif.

Il doit toutefois pouvoir justifier que la motivation de la rupture est liée à la personne du salarié et à son défaut de compétence et qu'elle n'est pas discriminatoire.

La rupture de la période d’essai doit obligatoirement être en rapport avec l'appréciation des qualités professionnelles. A défaut, elle sera considérée comme abusive.

Edition abonnés Edition abonnés
Accédez à l'intégralité de cette actualité
sur les abonnements
PREMIUM et ILLIMITÉ