Taxe sur les salaires 2018

TAXE SUR LES SALAIRES
Chiffres et Taux

Les services fiscaux viennent de confirmer le barème de la taxe sur les salaires, à l’occasion d’un BOFIP du 4 avril 2018.

Accès à votre contenu
même hors ligne

Télécharger maintenant

Rappel sur le principe de la taxe sur les salaires

La taxe sur les salaires est due par les entreprises qui :

  • Ne sont pas assujetties à la TVA (selon leur activité ou leur statut) ;
  • Ne sont pas assujetties sur au moins 90% de leur CA au titre de l’année précédant celle du paiement des salaires.

Rappel sur les employeurs exonérés

Les employeurs dispensés du paiement de la taxe sur les salaires sont (liste non exhaustive) : 

  • Toutes les entreprises soumises à la TVA ;
  • Les activités agricoles (sauf organismes mutualistes) ;
  • Les collectivités publiques, les employeurs de salariés à domicile.

Quelques exemples d’employeurs concernés

Parmi les employeurs concernés par la taxe sur les salaires, on peut citer (liste non exhaustive) : 

  • Certaines professions libérales ;
  • Les propriétaires fonciers ;
  • Les organismes coopératifs, mutualistes et professionnels agricoles ;
  • Les sociétés exerçant une activité civile : sociétés d'investissement, sociétés immobilières à l'exception de celles ayant pour objet la construction d'immeubles ou le négoce de biens ;
  • Les établissements bancaires, financiers, d'assurances ;
  • Les organismes sans but lucratif ;
  • Les centres techniques industriels ;
  • Les centres d'aide par le travail et les ateliers protégés. 

Déclaration et paiement

C’est en fonction du montant de la taxe payée sur l’année civile précédente (N-1) que le rythme des déclarations et paiements est fixé comme suit, les seuils ont été modifiés par un décret du 26/12/2012, publié au JO du 28/12/2012 : 

 BOI-TPS-TS-30-20180404, Date de publication : 04/04/2018

Synthèse de la périodicité des versements

Taxe due en 2017

Périodicité des versements en 2018

Inférieur à 4 000 €

Annuelle :

Les employeurs versent les sommes dues au titre de la taxe sur les salaires à raison des rémunérations payées pendant l'année en cours dans les 15 premiers jours de l'année suivante

Comprise entre 4 000 et 10 000 €

Trimestrielle :

Les employeurs versent les sommes dues au titre de la taxe sur les salaires à raison des rémunérations payées pendant un trimestre déterminé dans les 15 premiers jours du trimestre suivant.

Supérieure à 10 000 €

Mensuelle :

Les employeurs versent les sommes dues au titre de la taxe sur les salaires à raison des rémunérations payées pendant un mois déterminé dans les 15 premiers jours du mois suivant.

Les seuils en 2018 

Le taux majoré de 20% est supprimé à compter du 1er janvier 2018.

Barème annuel 

Taux en fonction du salaire brut pour chaque salarié

Type de taux

Taux sur la fraction

Taux global

Salaire brut annuel 2018

Taux normal

4,25 %

4,25 %

Inférieur ou égal à 7.799 €

1er taux majoré

4,25 % (8,50 % - 4,25 %)

8,50 %

Au-delà de 7.799 € et 15.572 €

2ème taux majoré

9,35 % (13,60 % - 4,25 %)

13,60 %

Au-delà de 15.572 €

Barème mensuel

Taux en fonction du salaire brut pour chaque salarié

Type de taux

Taux sur la fraction

Taux global

Salaire brut mensuel 2018

Taux normal

4,25 %

4,25 %

Inférieur ou égal à 650 €

1er taux majoré

4,25 % (8,50 % - 4,25 %)

8,50 %

Au-delà de 650 € et jusqu’à 1.298 €

2ème taux majoré

9,35 % (13,60 % - 4,25 %)

13,60 %

Au-delà de 1.298 €

Assiette de la taxe  

Au 1er janvier 2018, la base est identique à celle applicable pour les cotisations CSG et CRDS (sans le bénéfice de l’abattement).

Extrait de la LFSS 2013 (article 13)

I. – L’article 231 du code général des impôts est ainsi modifié :

1° Le début du premier alinéa du 1 est ainsi rédigé : « Les sommes payées à titre de rémunérations aux salariés, à l’exception de celles correspondant aux prestations de sécurité sociale versées par l’entremise de l’employeur, sont soumises à une taxe égale à 4,25 % de leur montant évalué selon les règles prévues à l’article L. 136-2 du code de la sécurité sociale, sans qu’il soit toutefois fait application du deuxième alinéa du I du même article. Cette taxe est à la charge des entreprises et organismes qui emploient ces salariés, à l’exception… (le reste sans changement). » ;

Abattement pour les associations

Les associations (ainsi que les syndicats professionnels, fondations reconnues d’utilité publique, congrégations, mutuelles régies par le Code de la mutualité comptant moins de 30 salariés) bénéficient d’un abattement à hauteur de 20.507 € (au lieu de 20.304 € en 2017). 

Nouveauté apportée par la loi de finances pour 2016

Selon l’article 15 de la loi, les mutuelles qui, entre le 1er janvier 2015 et le 31 décembre 2018, constatent un dépassement du seuil de 30 personnes, conservent le bénéfice des dispositions qui y sont prévues pour la détermination de la taxe sur les salaires due au titre de l’année du franchissement de ce seuil ainsi que des 3 années suivantes.

Extrait de la loi de finances pour 2016 :

Article 15

8° L’article 1679 A est complété par un alinéa ainsi rédigé : 

« La mutuelle qui, entre le 1er janvier 2015 et le 31 décembre 2018, constate un dépassement du seuil d’effectif mentionné au premier alinéa conserve le bénéfice des dispositions qui y sont prévues pour la détermination de la taxe sur les salaires due au titre de l’année du franchissement de ce seuil ainsi que des trois années suivantes. »

Loi  n° 2015-1785 du 29 décembre 2015 de finances pour 2016, JO du 30 décembre 2015

Franchise

Lorsque le montant de la taxe annuelle est inférieur à un certain seuil, la taxe n’est alors pas due : principe de la franchise. Le seuil est fixé à 1.200 €.

Décote

Principe de fonctionnement :

  • Lorsque la taxe annuelle est >1.200 €  (seuil de la franchise) sans dépasser 2.040 €, une décote est appliquée.
  • Elle est égale au ¾ de la différence entre 2.040€ et le montant réel déclaré.

BOI-TPS-TS-30-20180404, Date de publication : 04/04/2018

LOI no 2012-1510 du 29 décembre 2012 de finances rectificative pour 2012, JO du 30/12/2012