Dernière mise à jour 27/03/2017
Newsletter hebdo saisir un email

Convention collective métallurgie région parisienne cadres et oetam (IDCC 54)

Brochure JO n°3126 - IDCC n°54

La présente convention collective régionale des industries métallurgiques, mécaniques et connexes de la région parisienne, règle les rapports entre employeurs et salariés des deux sexes des industries métallurgiques, mécaniques connexes et similaires. Sauf précision contraire, ces clauses s'appliquent donc à la fois aux salariés hommes et femmes, à l'exception des ingénieurs et cadres.

La présente convention collective concerne les entreprises dont l’activité se situe dans le champ d'application professionnel suivant :

  • 10. Sidérurgie, 11. Première transformation de l'acier, 13. Métallurgie et première transformation des métaux non ferreux, 20. Fonderie, 21. Travail des métaux, 22. Production de machines agricoles, 23. Fabrication de machines-outils, 24. Production d'équipement industriel, 25. Fabrication de matériel de manutention, de matériel pour les mines, la sidérurgie, le génie civil, 26. Industrie de l'armement, 27. Fabrication de machines de bureau et de matériel de traitement de l'information, 28. Fabrication de matériel électrique, 29. Fabrication de matériel électronique ménager et professionnel, 30. Fabrication d'équipement ménager, 31. Construction de véhicules automobiles et d'autres matériels de transport terrestre, 32. Construction navale, 33. Construction aéronautique, 34. Fabrication d'instruments et de matériels de précision, etc. 

Elle est signée par les parties patronales suivantes:

  • Groupe des industries métallurgiques, mécaniques et connexes de la région parisienne.

En cas de licenciement ou de démission, des heures de recherche d’emploi sont prévues de façon conventionnelle et ne doivent pas conduire à diminution de la rémunération.

Des congés payés au titre de l’ancienneté sont attribués, et le salarié rappelé pendant ses congés ouvre droit à des jours supplémentaires ainsi que d’une prise en charge des frais occasionnés par ce rappel exceptionnel.

Les absences pour maladie ou accident, donnant lieu à indemnisation par l’employeur, sont assimilées à du temps de travail effectif pour l’acquisition des congés payés tout comme les absences pour soigner un enfant malade (maximum 4 jours ouvrés/année civile).

En cas de travail durant un jour férié, une majoration de 50% est octroyée à moins qu’un repos d’égale durée, à titre de compensation ne soit attribué.

En matière de maladie, un maintien à 100% est prévu de façon conventionnelle selon l’ancienneté du salarié concerné et pendant une durée réduite, le congé de maternité fait l’objet d’un maintien de l’employeur.

Le calcul de l’indemnité de licenciement est réalisé de façon dérogatoire et plus favorable que le régime légal, une majoration étant même attribué aux salariés âgés de 50 ans au minimum.

Le départ volontaire à la retraite permet l’octroi d’une indemnité dont la valeur est supérieure à celle prévue légalement.

Une prime d’ancienneté est prévue par la présente convention collective, sa valeur variant selon l’ancienneté du salarié.

  1. RémunérationsLire » : coefficient, valeur point, niveau;
  2. Prime d'anciennetéLire » : calcul, taux;
  3. Période d’essai Lire » : durée, préavis;
  4. RetraiteLire » : indemnité de départ, avant 65 ans;
  5. Licenciement Lire » : indemnité, motif;
  6. Congés exceptionnelsLire » : décès, naissance, mariage, maladie enfant;
  7. MaladieLire » : maternité;
  8. Jours fériésLire » : chômés, travaillés;
  9. Congés payésLire » : droits, congé supplémentaire, période;
  10. PréavisLire » : démission, licenciement, retraite;