Extension du délai congé maternité de convention (courtage d'assurances) à grossesse gémelllaire

Forum
D
le 7 décembre 2010 à 16:30
Didier
1 sur le forum
a posé cette question

Bonjour, Ma convention collective (ci dessous) prévoit un congé au minimum de 20 semaines (au lieu des 16 semaines légales si un enfant). Mais il n'y a rien a aucune précision pour une naissance multiple (grossesse gémelllaire, le délai légal est de 34 semaines). Puisque le délai légal pour une grossesse gémellaire est plus long (34 au lieu de 16), cela veut dire que je perds le bénéfice de ma convention collective (+4 semaine par rapport au congé légal) ??

C'est là toute ma question : 34 + 4 ou 34 + 4 +4 ou seulement 34, je ne trouve pas de réponse ...

Merci

L'extrait de ma convention (courtage d'assurances) :

Article 29 congé de maternité

Toute salariée en état de grossesse bénéficie des dispositions législatives et réglementaires en vigueur :

  • articles L. 122-25 à L. 122-32 inclus du Code du travail.
  • articles R. 122-9 à R. 122-11 inclus du même Code.

Lorsque les consultations prénatales obligatoires ont lieu pendant les heures de travail, le temps passé de ce fait par les salariées en état de grossesse leur sera payé comme temps de travail effectif sur présentation du volet correspondant de leur carnet de maternité.

Toute salariée a le droit de suspendre son contrat de travail, au titre d’un congé de maternité, pendant une durée minimale de 20 semaines hors congé pathologique. En cas d’état pathologique constaté médicalement, la suspension du contrat de travail est prorogée dans les conditions visées à l’article L 122-26 du Code du Travail. Il demeure entendu que les congés accordés par la convention au-delà de ceux fixés par les dispositions légales et réglementaires seront déterminés par un accord prévu entre l’employeur et l’intéressée. Cette durée peut être portée jusqu’à 46 semaines maximum, selon les dispositions de l’article L. 122-26 du Code du travail.

Dans tous les cas, les salariées en état de grossesse ne peuvent être occupées pendant une période minimale de 8 semaines au total, avant et après leur accouchement. Il est interdit d’employer des femmes en couches dans les 6 semaines qui suivent leur délivrance (art. L. 224-1 du CT). Le maintien de la rémunération à la charge de l’employeur en complément des prestations en espèces versées par la Sécurité Sociale et éventuellement des garanties de prévoyance est réservé au profit des salariées justifiant au minimum d’un an de présence dans l’entreprise au 6ème mois de leur grossesse. L’employeur complète ces indemnités à concurrence de 100 % du salaire mensuel net de l’intéressée.

Les salariées perçoivent directement les indemnités journalières servies par le régime d’assurance maternité de la Sécurité Sociale et, le cas échéant, par le régime de prévoyance. Il est cependant possible pour l’employeur, avec l’accord de l’intéressée, d’être subrogé dans les droits de l’assurée en percevant directement les indemnités des régimes de Sécurité sociale et de prévoyance.

La durée du congé de maternité est prise en compte pour l’appréciation des droits liés à l’ancienneté.

A l’issue de ce congé, la salariée est réintégrée dans l’emploi qu’elle occupait auparavant ou dans un poste similaire.


L
Articles en relation qui peuvent vous intérésser

Répondre à cette question

Besoin d'aide ? Lire la page d'aide

Vous n'êtes pas connecté(e)

  • Après avoir validé votre reponse, vous serez redirigé sur la page de connexion/inscription
  • Votre réponse sera sauvegardée et publiée après votre connexion ou votre inscription.